L’école internationale : faire renaître un désir d’avenir

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Depuis Septembre 2019, et pour 5 ans, l’Ecole Internationale d’insertion salésienne AMIG 14 -Association Maison Internationale Garelli- créée et rattachée directement à l’Institut Lemonnier, reçoit 48 jeunes migrants, mineurs non accompagnés, confiés par l’ASE et répartis pour moitié sur les sites de Giel Don Bosco et de l’Institut Lemonnier.

Chacun de ces jeunes a été reçu en entretien individuel dans le courant du mois de juillet 2019, afin d’évaluer avec lui son projet de formation professionnelle. Il a fallu parfois écarter certaines candidatures que nous présentait la Plateforme d’accueil d’urgence du Département, plus encline à considérer le seul placement plutôt que le projet du jeune.

La mise en place d’une telle structure, relevant plutôt de la protection sociale, dans une institution purement scolaire s’est faite dans l’urgence et l’enthousiasme de la rentrée scolaire avec, comme tout nouveau projet, une part d’inconnu et d’imprévu. Il y a eu les inévitables tâtonnements, les cadrages nécessaires pour l’institution nouvelle –renouvellement et professionnalisation des équipes éducatives, recrutement d’une psychologue et d’un Directeur– comme pour les jeunes –définition et respect du cadre réglementaire de leur quotidien, tant sur les périodes scolaires que sur les périodes de week-end et de vacances-… Avec des jeunes marqués par leur passé récent, dont certains ont intériorisé des souffrances morales ou physiques auxquelles peu d’entre nous résisteraient.

Il a fallu apprendre à se connaître pour apprendre à se faire confiance et apprendre à se faire confiance pour apprendre à travailler ensemble…

Le premier objectif qu’il a fallu très rapidement atteindre a été celui de la stabilisation : stabilisation du fonctionnement fondée sur la constitution d’une équipe qualifiée et formée pour le travail social, stabilisation des jeunes eux-mêmes qui vivaient cette nouveauté comme une étape supplémentaire de leur parcours migratoire et ne lui accordait de valeur que temporaire. Il a fallu les convaincre de « poser leurs valises ».

Aujourd’hui, après les hoquets du démarrage, l’école internationale d’insertion salésienne à Caen vit et elle vit plutôt bien : le professionnalisme de l’équipe AMIG14, le travail de la psychologue, la présence apaisante de salésiens, la sollicitude discrète mais réelle des équipes enseignantes… Tout concourt au bon fonctionnement de ce projet.

Nous voyons des jeunes qui s’investissent dans leurs études et qui obtiennent de bons résultats, nous voyons des jeunes qui ont tissé des liens avec leurs camarades normands et avec les adultes qui les accompagnent et les encadrent, donnant ainsi corps au principe d’inclusion. Nous voyons des jeunes qui, après avoir fui la guerre, les persécutions ou la misère, recommencent à avoir un désir d’avenir.

Et nous pouvons goûter nous-mêmes à cette joie simple qu’a dû ressentir Don Bosco en son temps, lorsqu’il regardait sur la cour de récréation s’épanouir ses gamins du Valdocco, eux aussi petits migrants… 

Auteur : Lionel Gireault

Article sur AMIG14 dans le dossier Ecologie intégrale du dernier ECA, Mai 2020, pages 28-29 : http://ec-boutique.fr/eca-interactif/HS_396.pdf

Un repas partagé début septembre dans l’espace créé pour l’Ecole Internationale